Les jas du Ventoux

                    (Bédouin-84)

                                  13 / 06 / 2021

 

Un groupe de 6, emmené par Liliane, s’est retrouvé, après moult embarras dus à une course cycliste, aux Fébriers,  hameau situé sur le flanc Sud du Ventoux, au Nord-Est de Bédoin, au pays des vignes et des cerisiers.

Départ tardif à 9h30 : Nous remontons la combe d’Ansis puis entrons dans la forêt de cèdres et atteignons, après nos premiers 500 m de dénivelés le Jas du Mourre. Nous nous reposons un peu, croisons des cavaliers et continuons notre montée, par le Jas de la Couanche et avec de très jolies vues sur le sommet du Ventoux, vers le Jas du Toumple, vers 1300 m d’altitude, où nous faisons notre pause-déjeuner bien méritée.

Nous amorçons ensuite notre longue descente, par les Jas de Baumasson et des Landérots, avec de très belles vues sur le Comtat Venaissin, pour enfin atteindre la Combe de Curnier, avec ses baumes et ses défilés très étroits qui nous rafraîchissent : ces gorges servaient d’étables à des bergers et on voit encore des cavités creusées dans le bas de la roche et fermées par des murets en pierre sèche.

Nous atteignons enfin le hameau des Colombets, fin de notre périple à pied car nous y avions laissé une voiture.

Liliane nous régale avec des bières fraîches tirées de sa glacière et nous partons, en voiture, vers « Les Demoiselles Coiffées » de Bédoin, situées, à quelques kilomètres, au Sud du hameau des Couguious : au milieu des pins, nous sommes face à un affleurement de sables ocreux, caractéristique du pays de Bédoin comme de celui d’Apt ; dans ces régions, pendant le Crétacé, plus exactement entre 120 et 70 Ma, une mer peu profonde  a concentré des sédiments sableux riches en fer issus du Massif Central qui était en cours d’érosion sous un climat tropical ; ces sédiments enfouis se sont lentement transformés en grés, qui émergés plus tard, ont subi une érosion différentielle en fonction de la dureté des roches d’où ce paysage de grès « rouges » plus tendres « coiffés » par des grès plus sombres et plus durs.

Cette courte échappée « géologique » terminée, nous nous séparons : Nous avons couvert à pied, pendant 6 heures, une distance d’un peu plus de 13 Km, avec un dénivelé positif de 800 m à peu près, et par une chaleur qui nous a bien suffoqué(e)s par moments.

 

J.P