Les sources du Lauzon et de la Laye

10 / 03/ 2021

 

Nés quasiment dans le même berceau, le Lauzon et la Laye vont, dès leurs premiers pas prendre des chemins différents. Lui, fier comme un jeune garçon téméraire choisit d’aller épouser la Durance en faisant un petit détour par l’est. Elle, jeune fille timide s’échappe par l’ouest  pour aller s’unir ,pour le meilleur et quelques fois pour le pire, avec le Largue.

C’est en suivant Brigitte et Joël que nous allons cheminer jusqu’aux sources de ces deux destinées.

Nous sommes un certain nombre (un multiple de 6 + les 2 accompagnateurs) au départ de cette randonnée.

Nous commençons par un agréable sentier longeant un ruisseau. Nous sentons qu’au dessus de la canopée, le soleil doit déjà se montrer généreux mais pour nous, au fond du ravin, la température basse de la nuit impose encore sa loi. Hors de question d’aller faire trempette dans les vasques qui jalonnent le cours du Lauzon. Ce n’est que lorsque nous monterons progressivement vers un milieu plus découvert du côté des Guérins et des ruines du vieux Montlaux que nous pourrons faire l’économie des vêtements chauds.

Nous nous attardons autour de ces ruines témoins d’une ruralité active et intense dans le passé.

Fin de la récréation, nous avons suivi suffisamment de sentiers depuis le matin, c’est donc en coupant au  travers des coteaux, par des sentes peu marquées que nous rejoignons le lieu du pique-nique. Il est midi et nous sommes du côté de la Baume.

Allez, vous imaginez bien que ce moment est toujours aussi convivial, riche de partage et de bonne humeur.

La remise en route va s’avérer assez lente pour quelques uns parmi nous mais qu’importe dès le premier regroupement à l’Hôpital tout le monde a retrouvé le rythme  et s’accorde pour oublier bien vite ce toponyme.

Nous laissons sur notre gauche le hameau de la Blache et sur notre droite le hameau du Revest, pour nous diriger vers la Combe. Là, Joël ne va tergiverser que trois minutes avant de nous guider en mode Indiana Jones vers la source de la Laye. La descente va se faire au milieu d’une forêt de pins sylvestres aux formes martyrisées.

Pour terminer c’est en cheminant au fond d’un ravin, dans les parages du collet du Tondu, que nous rejoignons les voitures.

Merci Joël et Brigitte pour cette belle journée sportive et conviviale.

14km, 6h de marche, 500m de dénivelé, Indice IBP 57

 

 

A R