Le tour de la Roche Amère

26 / 01 / 2021

La photo servant de titre à ce compte-rendu est une reproduction d’une œuvre de Michca*

 

Nous sommes nombreux à participer à cette demi-journée de randonnée. Afin de respecter les consignes sanitaires nous allons donc nous séparer en plusieurs groupes.

 

Nous débutons sur un étroit sentier dans la partie basse du vallon de Lachanal, pour atteindre progressivement les premiers « contreforts collinéens » de la Roche Amère. Dans le secteur de Font Rouvier Lucien nous invite à découvrir la cheminée de fée. Nous poursuivons plein sud sous un soleil radieux (mais pas encore ardent). Toutefois sa relative chaleur et surtout son éclatante lumière nous ouvrent la perspective d’un printemps bien précoce. (D’ailleurs ne venons nous pas d’admirer avec surprise deux primevères s’aventurant avec audace au cœur de l’hiver ?)

 

Après une courte halte sur la petite esplanade devant la chapelle Notre Dame de la Roche, nous reprenons notre courte ascension jusqu’au sommet. Ce modeste sommet situé à « l’extrême orient » du Luberon occupe une position charnière entre la basse Provence méridionale et la haute Provence du pays de Forcalquier et de la Montagne de Lure. A nos pieds, le Largue (aux colères parfois imprévisibles) se donne en ce moment beaucoup de mal pour atteindre la Durance.

Nous sommes dans un pays de contrastes. En regardant loin vers le sud, notre imagination débordante nous transporte vers les rivages embaumés de la Méditerranée. Dans notre dos, les massifs enneigés nous rappellent la sévère réalité : Nous sommes en janvier et le vert des prairies n’est pas encore prêt à triompher de la glace.

 

La quiétude de ce lieu, conjugué avec la douceur de cet après midi nous pousseraient presque à laisser courir les aiguilles de l’horloge… Hélas ! Il faut songer à retourner aux voitures. Nous choisissons de faire la descente le long du sentier du vallon de Fontolive.

Très rapidement nous nous retrouvons au pied de la Roche à proximité de la carrière (cette vilaine blessure infligée au paysage) et proche de notre lieu de départ.

 

Merci Lucien pour cette sortie et ces moments très agréables. Tu n’as pas été avare d’explications et de commentaires au sujet de la carrière de la Roche Amère, du sentier botanique, de la chapelle Notre Dame de la Roche… Tu nous a même charmé avec un petit air d’harmonica. Nous avons tous apprécié et applaudi ton talent de chanteur « a capela ».

 

Au final, 8km, 2 heures de marche pour environ 260m de dénivelé. IBP 34

 

* Michca est née en 1947. Elle vit à Manosque, sa ville d’adoption.

Peintures de Michca - Huiles sur toile au couteau (peinture-provence.net)

 

 

A  R