Moulin de Javon – Baumes des Eymians et de Roustan

Le 13/01/2021

 

Un beau soleil brille ce mercredi. La randonnée débute au niveau des ponts enjambant le ravin du Grand Marignon et la combe de la Sigalière. L'itinéraire est remarquablement balisé : ronds rouges, points bleus, pois verts, triangles bleus, traits jaunes, traces de sang (sanglier ?). Trop c'est trop, que suivre ? Heureusement, Joël et Brigitte sont nos guides du jour.

 

Le chemin s'élève agréablement dans la garrigue pas encore odorante (il fait frisquet ), avec de belles échappées sur les reliefs sauvages d'où émergent des falaises creusées de baumes, des piliers de roche blanche et un petit verger produisant, nous dit Micheline, d'excellentes cerises (Apt n'est pas loin). Nous voici au moulin de Javon, balayé par un fort mistral, avec son « meunier » qui dort au fenestron.

 

Petite pause avec boissons chaudes, bananes, pâtes de fruits puis nous repartons pour atteindre le haut de la falaise dominant la combe de Javon, en cheminant sur des lapiaz. Nous admirons l'à pic d'un balcon naturel pour découvrir un peu plus loin qu'il surplombait la baume des Eymians.

 

Descente rapide jusqu'à la baume où nous pique-niquons, au soleil, bien à l'abri. La température est presque printanière...Nous remontons sur les lapiaz avec un passage délicat où une main courante est placée, atteignons la très grandes baume de Roustan que certains visitent de fond en comble.

 

Le ravin du Grand Marignon franchi, nous remontons sur l'autre rive, traversons le joli hameau de Vévouil et, après une pente très sévère, atteignons la crête, en bordure de falaise, cheminant vers La Lauze avec une vue à couper le souffle (à moins que cela ne soit du à la montée ou au fort mistral qui nous bouscule). Nous la suivons emmitouflés et échevelés.

 

Puis voici la longue et tranquille descente. Nous sommes de nouveau protégés du vent, découvrant un charmant lavoir avec sa citerne voûtée mais vide sous les ramures d'un majestueux tilleul malheureusement envahi de gui.

 

Les voitures retrouvées, ne nous attardons pas : il faut que chacun et chacune soient rentrés à 18h, couvre-feu oblige....Merci Joël et Brigitte pour ce grand bol d'air et ces images pleins les yeux.

 

 

DL