Randonnée au Pic de Couar

 23 septembre 2020

 

Nous étions 14 au départ de cette belle randonnée.

En arrivant au village d Archail, sa masse imposante et rocheuse nous apparaît, dominant les alentours.

Le beau temps était de la partie et c'est d'un pas joyeux que nous avons entamé l'ascension de ce massif tellement arpenté, mais toujours enchanteur.

Pas de difficulté particulière mais une pente constante et progressive de 6 kilomètres, à partir du parking.

Les feuillages n'ont pas encore pris leurs chaudes couleurs d'automne, mais nous sentons bien que ce sera pour bientôt…

Passés les éboulis après un cheminement en lacets, nous prenons un moment de répit pour admirer le paysage qui s'offre à nous. Le petit village d'Archail nous paraît bien loin déjà. On aperçoit la chapelle de Lauzières qui veille sur Le Brusquet, la rivière Bléone qui se dirige vers Digne les Bains, les Cloches de Barles, le Blayeul.

Le temps de la pause banane et nous repartons.

Maryse prend la tête du groupe car un comité d'accueil doit nous attendre à la source. Et en effet quelques centaines de mètres plus loin 3 gros chiens de berger, moitié patou, moitié berger d'Anatolie se dirigent sur nous, très impressionnants avec leur voix de stentor. Compte tenu de notre attitude calme et soumise, ils s'approchent, nous sentent les mains et nous accompagnent jusqu'au parc à moutons. Le berger est là et une discussion sympathique s'engage. Il nous apprendra que le troupeau comptait 1.400 bêtes en été. 700 brebis « en poussées » (c'est à dire qui vont mettre bas) sont déjà redescendues vers la vallée.

Nous prenons alors la direction du sommet, bien décidés à déjeuner en haut.

Le rythme bien que lent reste soutenu et nous l'atteindrons 10 minutes avant le temps donné sur le panneau, au col.

Il est midi passé de quelques poussières et nous découvrons une vue à 360°.

Le repas étant terminé, la convivialité habituelle nous amène à déguster quelques spécialités concoctées par certaines, et des friandises circulent.

Le soleil est de la partie mais les nuages accrochent au loin, tous les sommets alentours.

Vue sur la vallée de la Bléone jusqu'à Digne les Bains et plus au loin, la montagne du Cheval Blanc, le massif de l'Estrop, le Blayeul (la tête dans les nuages), la barre des Dourbes, le village de Draix d'où l'on peut rejoindre le hameau de la Rouine puis le col de la Cine et le Pré de l'Evêque, ce qui pourrait faire au printemps, l'objet d'une belle randonnée.

La présence de pins sembro nous a permis de constater le travail des Becs croisés et d'entendre leurs cris si particuliers.

Retour au col par la prairie, en limite ouest du massif.

8 courageux se sont engagés dans une sieste infernale, tandis que 6 intrépides allaient au sommet du Cucuyon pour voir si l'air était meilleur.

Sur le chemin du retour un volatile qui ressemblait à un vautour planait au-dessus de nous.

Arrivés au village d Archail un arrêt vers la fontaine s'est imposé, l'eau étant si fraîche et délicieuse, juste ce qu'il faut pour le pastis. Certains se sont même adonnés à une aspersion réciproque de bon aloi… nous resterons toujours des enfants.

Dénivelée pour le sommet seul : 950 mètres.

1150 mètres pour le supplément « Cucuyon »

5 heures de marche, aller-retour au sommet du Couar.

20 minutes de plus pour le supplément.