FORT DE BUOUX  BAUME DE L’EAU

12/02/2020

 

Le mercredi 12 février 2020, sous un beau soleil d'hiver, Liliane Petit nous a fait découvrir le Fort de Buoux et le vaste abri sous roche de la Baume de l'Eau: 5 h/  600 m / 14 km.

Le Fort de Buoux, que Jean Barruol, historien de la Provence, n'hésite pas à qualifier de "centre géographique et historique de la Provence "est un immense monolithe investi par l'homme dès le paléolithique. Son occupation fut permanente au fil des temps historiques depuis la période gallo- romaine, comme en témoignent les nombreuses sépultures rupestres égayées sur tout le territoire de la commune. Sa fonction défensive est attestée par un système de fortifications étagées très sophistiquées. Les Vaudois, puis les protestants en firent un haut lieu de résistance jusqu'à ce que Louis XIV décida du démantèlement de toutes les forteresses intérieures à son royaume. 

Après avoir gagné la maison du fort où nous aurions dû trouver le gardien dûment prévenu, son absence( légitime à cette heure matinale)  nous permit d'entreprendre la visite sans avoir à payer la dîme..

Nous avons alors découvert les trois niveaux superposés de fortifications cernés de fossés. Dans le premier, un imposant mur de pierre percé de quinze archères filiformes qui s'étirent en hauteur jusqu'à la cime. Un vestige de tour carrée sur trois niveaux comporte elle aussi des archères remarquablement situées dans les angles. Une belle salle voûtée avec bancs de pierre est bien conservée. Il reste quelques murs de l'église du XIII°. Au plus haut point, une grande cuvette creusée dans le sol avec sa rigole d'écoulement peut évoquer un usage sacrificiel.

On estime qu'au moins 150 hommes pouvaient constituer la garnison car d'impressionnantes citernes creusées dans le sol, certaines à plus de 3 mètres de profondeur, permettaient de stocker vivres et eau - même du vin d'après les traces olfactives repérées par des connaisseurs de notre groupe.. Le donjon final, entouré d'un fossé creusé dans la roche, surplombe un à- pic de 80 m. Et pour nous faire revivre l'épopée des assiégés obligés de s'enfuir, notre président nous guida par l'escalier dérobé creusé dans la paroi, aussi vertigineux qu'authentique.

La randonnée se poursuivit jusqu'à la Baume du Fort (de l'occitan bauma: abri sous roche), aujourd'hui imposant réservoir d'eau. Retour par le très préservé village de Sivergues.

Cette randonnée fut remarquablement préparée par Liliane qui nous égaya de quelques lectures pertinentes autant qu'instructives. On a concurrencé "La tête et les jambes "!..

 

GB