Les crêtes de la Montagne de Lure

                                                             26/01/2020

 

On y va, on n'y va pas ? Telle est la problématique le samedi et aussi le dimanche matin. Le temps n'est pas annoncé au mieux de sa forme.

 

Finalement on y va. Cette journée à la station de Lure, initiée par la com-com, mérite bien quelques audaces (relatives). Notre arrivée à la station nous offre même quelques vues lointaines sur la découpe des sommets dominant le secteur du Verdon.

 

Après une boisson et des gâteaux offerts au « Caillou », nous partons à 9 dans la descente nous menant aux Charbonnières. Nous avons le plaisir d'être accompagnés d'un jeune garçon, futur bon marcheur. Le manteau neigeux en forme de résille nous incite à laisser les raquettes dans les voitures. Au passage de la Combe de Chavalet, quelques explications sur la vie des charbonniers et la fabrication du charbon de bois sont données.

 

La montée à travers la forêt nous donne accès aux pelouses chères à la vipère d'Orcini qui, à cette époque de l'année, doit dormir d'un profond sommeil. Jean-Jacques en profite pour chausser ses raquettes, preuve d'un enneigement somme toute acceptable. Pour la suite de la randonnée, il contournera les zones pierreuses pendant que nous les chercherons afin d'avoir de meilleurs appuis.

 

Nous croisons la Combe de la Sapée pour remonter sur les crêtes de Lure. Pour éviter d'y être trop exposés au vent, nous trouvons au préalable un abri sommaire entre quelques conifères afin d'alléger nos sacs du pique-nique embarqué. Le cheminement sur le fil de la crête s'avère humide et froid. Mais le vent reste raisonnable et notre progression discrète : 50 à 80m de visibilité. Arrivés aux antennes marquant le Sommet de Lure, le tour d'horizon sera inutile.

 

Bien vite dans la pente nous passons au point info nommé « la fenêtre », évitant la table d'orientation devenue aveugle et, par le Ponchon du Roux, nous revenons au « Caillou » alors que 14h n'a pas encore sonné. Nous y retrouvons d'autres randonneurs ayant pris part à la rando du matin et d'autres s'apprêtant à suivre le programme proposé l'après-midi. En 8km500 et 400m de dénivelé, nous avons fait une randonnée agréable dans une ambiance montagnarde se concluant d'un vin chaud offert à la Sauvagine.

 

 

PL