Le Hameau de Belon par la Javie
                                   26/05/2019


Cette randonnée prévue avec une dénivelée & un kilométrage plus importants a été légèrement modifiée pour permettre à ceux qui le voulaient, de voter pour les élections européennes.
Carte IGN :3440 ET
Michèle, Nadia, Dominique & Lucien avaient concocté ce circuit.

Nous nous sommes retrouvés 11 au départ de Forcalquier, malgré une météo plus qu'incertaine. Mais nous avons fait le pari optimiste de passer entre les gouttes… Aux Mées nous attendait Jean Luc à qui nous souhaitons la bienvenue, puisqu'il s'agissait pour lui d'une première sortie avec notre association, qu'il a connu pour la fête de la rando, bien accueilli à cette occasion par Anny & André.

Départ de l'ancienne usine hydroélectrique de « Trente Pas » à La Javie. Subsistent les traces de l'arrivée du canal qui captait l'eau de la Bléone en amont, sur la route de Prads, au croisement qui mène à Chanolles. Les plots de la conduite forcée sont aussi visibles.

Une piste assez large nous emmène en direction de Draix. Une pluie fine nous accompagne une demi heure. Tantôt nous longeons, tantôt nous croisons le ravin de Trente Pas qui se jette dans la Bléone. Puis nous poursuivons à côté du ravin de Savernier pour atteindre le col de la Cèpe. Nous bifurquons ensuite sur le chemin qui va nous conduire au hameau de Belon qui fut durant la guerre 39-45 un lieu de résistance où était implantée une école des cadres de la résistance .

Disparition de l'école : 14 février 1944   
      -A la suite de la  dénonciation du camp par un habitant du secteur le 14 février, à l'aube, un détachement allemand approche de Draix, surprend le village endormi et y opère quelques arrestations de suspects, puis se dirige vers la ferme de Belon lieu de l'école des cadres. Venant de La Javie  arrive une autre colonne ennemie. La ferme de Belon est encerclée . Les signaux émis depuis Draix pour prévenir le maquis, comme convenu, n'ont servi à rien  la garde n'ayant pas été assurée.. Les stagiaires de l'école des cadres sont surpris dans leur sommeil et sont tous arrêtés. Heureusement pour eux  les Allemands ne trouvent pas les armes qui sont cachées dans le bois voisin. Les prisonniers, au nombre de 13, sont emmenés en vue de leur déportation ; plusieurs réussissent à s'évader au cours de leurs transports. Manfred (chef de réseau) était absent,  parti ce jour-là à la recherche d'un nouveau lieu pour implanter l'école. Il passera au travers des mailles du filet.
Ainsi disparaît l'école régionale des cadres de la Résistance. Le hameau fut dynamité et incendié par les allemands.

Aujourd'hui un des bâtiments a été restauré en gîte. Il est dommage que son accès ne soit plus possible au public, car il abrite une œuvre de Goldsworthy et fait partie du Chemin du Temps. Pour des raisons troubles, d'un différend entre la commune de Draix et le musée Gassendi de Digne, il n'est plus possible de profiter de ce lieu susceptible d'accueillir des randonneurs.

Le panorama à partir de ce lieu, s'étend du Cheval Blanc au Cousson. Belle vue sur le pic de Couar, le Cucuyon, le col de la Cine, la ferme de la Rouine et le village de Draix. Autour du hameau quelques arbres fruitiers résistent aux outrages du temps et de l'abandon.

Nous reprenons ensuite notre chemin à travers un bois assez dense, vers la crête de la Blache ou nous nous restaurons au soleil… et avec une vue plongeante sur le Brusquet et ses environs : la crête de Limans, le Blayeul et derrière la colline de Lauzières la Bléone, grossie par l'Arigeol à la Javie.

Le retour se fait par une piste qui nous ramène au point de départ. Observation de fleurs et maintes espèces d'arbustes tout au long de la journée ; les plus chanceux ont pu trouver quelques traces de fossiles, essentiellement des ammonites.

Arrivés aux voitures et après un moment d'échanges, un groupe se rend à la dalle aux ammonites à Digne, site unique au monde, dont une copie grandeur nature a été exécutée par la Réserve Géologique de Digne, appelé maintenant Géopark, et envoyé au Japon qui en avait fait commande. L'autre groupe décide de se rendre à la petite chapelle qui surplombe La Javie et dont l'accès est jalonné par un chemin de croix.

La randonnée s'est étalée sur 5 heures, avec une dénivelée de 400 mètres et une distance de 11 kilomètres.