La montagne de Jouère

                                                                                 15/05/2019


Au départ de Forcalquier nous nous sommes retrouvés 10 volontaires pour cette journée qui ne s'avérait pas vraiment sous de bons auspices côté ciel : grisaille, brume et fraîcheur.
Mais devant l'optimisme sans faille de Patrick l'organisateur de cette sortie, nous avons décollé à 7h30.
Passé le Claü de Prouvenço, (Sisteron ndlr), c'est un temps radieux qui nous a accueilli. Par une route tortueuse mais toute neuve, nous sommes arrivés sans encombre à Vallavoire petit village de 42 âmes,malgré la présence d'un chevreuil qui manifestait… son plaisir de nous rencontrer.
Départ par une piste forestière bien « roulante » pour une mise en jambes. Et dieu sait s'il en était besoin…
Puis petit chemin forestier bien grimpant et longeant un vallon dévasté régulièrement par les orages et très tourmenté.
Arrêt ''banane'' au pied du « chateau » immenses blocs rocheux qui, pour certains, ne tiennent qu'à un fil. C'est grandiose pour celui qui n'a jamais foulé ces terres sauvages qui dominent la vallée du Sasse, lui même bordé par le village de Clamensanne.
La traversée des rochers effectuées, notre guide nous emmène dans un vallon verdoyant, tout en rondeur : on se croirait transporté en Ecosse !
De belles fleurs nous souhaitent la bienvenue : des pensées, un curieux rassemblement circulaire de gentianes encore à l'état de boutons et de toutes petites gentianes d'un bleu si vif que nous touchons du doigt le bonheur d'être là, ensemble, à respirer un air vif ; le bonheur est communicatif devant tant de beauté.
Encore une grimpette et nous débouchons sur la crête de Jouère. Quelle vue ! Les contreforts des Monges avec Reynier et plus loin, plus hauts tous les massifs pré-alpins.
Enfin nous atteignons le sommet, La Croix de St Jean (refaite et dressée en 1997) ; il est midi et de là la vue à 360° est superbe… il faut y aller pour ressentir tant de beauté. Les trois Evéchés,  Les Ecrins, le Dévoluy et même un petit bout du Mont Aiguille.
Un ensemble de tuyaux ont été placés sous le sommet dirigés vers les sommets alentours et indiquant leur nom et altitude.
Après tant d'émotions il est temps de se restaurer, ce que nous faisons en contrebas du sommet, à l'abri du courant d'air. Pour commencer champagne gentiment offert par Gisèle, super à cette altitude ! Un grand merci.
Après le pic nic, chacun y va de sa petite gâterie : chocolats, biscuits au chocolat en provenance directe de Grèce, et d'autres bonnes choses préparées avec amour par les uns et les autres.
Après un moment de repos il faut songer au retour par la crête de Jouère que nous suivons jusqu'au passage de Palabiouse, où 2 chamois nous font le plaisir de dévaler les pâturages sous nos yeux.
Un tapis de fleurs toutes aussi généreuses, nous accompagne lors de cette descente.
Jugez par vous mêmes : Fritilaires à involucres, Gentianes printanières à 5 ou 6 pétales, Crocus versicolor, Bulbocodes printaniers, Tulipes australes, Iberis, Valériane tubéreuse, Orchis mâles, Coucous, Anthylis montana et d'autres variétés nombreuses.
Après avoir traversé une hêtraie contenant des individus centenaires, nous abordons la lande couverte peu à peu de genêts et traversons le vallon torturé qui a subi les outrages de l'hiver.
Retour au village de Vallavoire un peu « moulus » par cette journée, mais heureux d'emporter avec nous cette sensation de bien être, après une belle journée conviviale.
Dénivelée : 760 mètres
13 km
Temps : 6 heures. 
Merci Patrick et Danielle.