Le Marzenc

 

                                                                        17/04/19

 

Nous sommes 15 avec Louis et Nicole à nous regrouper à proximité d'Auzet, prêts à partir à l'assaut du Marzenc. Plus de 800m de dénivelé nous attendent pour atteindre le sommet.

 

De ce fait, allons droit au but, Louis nous emmène, à 30m des voitures, sur un sentier raide tracé en lacets à travers la forêt. La végétation assez dense ouvre parfois une fenêtre vers les montagnes environnantes. Le Blayeul étonnamment enneigé surveillera notre progression toute la journée.

 

Après quelques friandises au col de la Pinée, la pente se raidit encore et les arbres se dispersent pour laisser place aux pelouses alpines. L'avantage est de dégager l'horizon. A notre gauche apparaît le massif des Monges et les deux caractéristiques Cloches de Barles, à droite la vue s'étend de Dormillouse jusqu'à la Tête de l'Estrop, toujours sous le regard bienveillant du Blayeul jouant avec les éclairages au fil des heures et du passage de rares nuages.

 

Le Marzenc est atteint après avoir foulé quelques plaques de neige ; très loin : l'Oisan et le Pic de Bure. Pour sortir le pique-nique, nous attendons, en contre bas du sommet, de croiser une pente abritée du vent.

 

A la descente, nous changeons de versant, nous prenons plaisir à laisser nos traces dans la neige. Quand elle se fait plus rare, de très jolies Bulbocodes de printemps, de la famille des colchicacées, percent la neige. Elles rivalisent en nombre avec les crocus et autres fleurs. Nous longeons, pour descendre, le profond Ravin de Saint-André. Avant de retrouver la forêt, nous surprenons 4 mouflons qui s'échappent dans la montagne, non sans avoir fait quelques poses pour les photos.

 

Merci Louis et Nicole pour cette randonnée qui, en 14kms et 900m de D+, nous a permis de cotoyer les Grandes Alpes.

 

     PL